Fermer le menu

Organiser Les Obsèques D'un Proche

organisation obsèquesAvant de contacter une agence funéraire pour organiser les obsèques d’un de vos proches, il faut vous assurer que le défunt n’avait pas souscrit à un contrat obsèques. Une fois vos recherches terminées, vous pourrez préparer votre rendez-vous avec votre conseiller funéraire en vous posant les bonnes questions. N'hésitez pas à vous rendre sur notre page dédiée à la recherche d'agences funéraire, pour trouver une agence près de chez vous.

Le défunt avait-il souscrit à un contrat obsèques?

devis organisation des obsèques

L’organisation des funérailles d’un proche sera différente si le défunt avait contracté ou non un contrat obsèques. Il faut savoir qu’il existe deux types de contrats obsèques :

Le contrat en capital

Il s’agit en fait d’un contrat d’épargne dont l’objectif est de financer les funérailles. Une somme est versée au bénéficiaire désigné par le contrat. La personne ayant souscrit un contrat de son vivant a donc fait le choix de prévoir le financement des funérailles. L’organisation reste donc à la charge de la famille. Sachez tout de même que les volontés essentielles peuvent y être inscrites (comme le choix de la crémation ou de l’inhumation, du caractère religieux ou non de la cérémonie, l’autorisation d‘opérations de soins de conservations…)

Le contrat de prestation

Si le défunt a choisi ce type de contrat, des prestations funéraires sont choisies à l’avance, celles-ci sont déjà financées. Les proches du défunt n’ont pas à financer les prestations définies dans le contrat.

Dans les deux cas, rapprochez-vous auprès de l’agence funéraire ou de l’organisme auprès duquel a été signé le contrat.

Si le défunt n’avait pas souscrit à un contrat obsèques

Légalement, c’est la personne « habilitée à pourvoir aux funérailles » qui organise les obsèques. Généralement un proche parent du défunt (enfant, père, mère, conjoint survivant, parents collatéraux les plus proches). Si aucun contrat n’a été souscrit, elle est en charge de contacter l’entreprise de pompes funèbres de son choix.

Le terme de « personne habilitée à pourvoir aux funérailles » reste assez évasif, l’article 3 de la loi du 15 novembre 1887 définit la « personne ayant qualité pour pourvoir aux funérailles » comme « toute personne qui, par le lien stable et permanent qui l’unissait à la personne défunte, apparaît ou peut être présumée la meilleure interprète des volontés du défunt ».

La jurisprudence donne droit au conjoint survivant lorsque les époux vivaient en bonne intelligence. Mais ce n’est pas un droit absolu et des circonstances particulières peuvent écarter le conjoint survivant des prises de décisions concernant l’organisation d’obsèques.

Dans la plupart des cas, lorsqu’il n’y a pas de contrat souscrit ou que le défunt n’avait pas exprimé ses choix dans un testament, l’ensemble des proches parents du défunt se concerte pour le choix des prestations funéraires. Les décisions sont prises pour respecter aux mieux l’esprit et la personnalité du défunt.

Préparer votre entretien avec votre conseiller

Si les dispositions n’ont pas été exprimées dans un testament ou dans un contrat obsèques, vous serez en charge de choisir :

Le mode de sépulture : le défunt désirait-il être enterré ou avait-il choisi la crémation ?

  • Dans le cas d’une inhumation : y a-t-il déjà une concession ? Sinon rendez-vous à la mairie du lieu de décès ou de résidence du défunt. Sachez que vous pouvez mandater l’entreprise de pompes funèbres pour l’achat d’une concession.
  • Ensuite, vous devez choisir entre l’inhumation pleine terre ou en caveau et de définir la configuration.
  • Si le défunt avait choisi la crémation : quel est la destination des cendres ? dispersion en pleine nature, au jardin du souvenir ? Repos dans un espace dédié : columbarium, caveau ?

Le type de cérémonie : le défunt souhaitait-il une cérémonie religieuse ou non ? Peut-être ne voulait-il pas de cérémonie ?

Les soins de conservations : ils ne sont pas obligatoires sauf dans certains cas particuliers (rapatriement international par exemple). Votre conseiller vous orientera sur les choix à faire, afin que vous puissiez vous recueillir auprès de votre proche dans les meilleures conditions. Sachez également que certaines religions interdisent les soins de conservation et que même la toilette mortuaire peut correspondre à un rite qui doit être réalisé par un représentant religieux.

Le lieu de repos : si vous souhaitez ou non que le défunt repose en chambre funéraire ?

Le faire-part : si vous souhaitez publier un avis de décès dans la presse, sur internet et diffuser à vos proches un faire-part de décès ?

Le funéraire obligatoire : le cercueil.

Et le funéraire optionnel : le capiton, l’emblème sur le cercueil, les fleurs.